Création 2021

Ce projet questionne l’impulsion première de nos actions (mouvements). En quoi nos trajectoires individuelles et collectives sont soumises à des contraintes, de l’imprévisible, voire de l’impossible. Comment cheminer alors ?
Nous sommes constamment en mouvement dans le mouvement, comme agis par les choses, déplacés malgré nous.
Une vitesse qui nous prend, comme si les évènements défilaient sous nos pieds. Nous, tentant de nous adapter au mieux pour ne pas perdre l’équilibre… Tenir en sommes. Nous avons le désir de travailler sur l’absurde et la beauté de l’insistance, le précaire de nos cheminements et le recommencement (cycles) dans lequel nous imprimons nos gestes résistants.
Une machinerie soumet donc une communauté de danseurs-acrobates à un mouvement continue et immuable qui leur impose d’avancer coûte que coûte. Ce principe physique simple ouvre un champ théâtral et dramaturgique autour de la résistance, de la composition, de la collaboration, de l’usure, de la transformation nécessaire. À partir de quoi nos géographies intérieures se dessinent-elles ? Sommes-nous seulement des « êtres réponses » aux paysages et aux contextes ?

  • Pièce pour 7 danseurs
  • Format 1h